Accueil A la une ONU: le COVID-19 aggravera la pauvreté dans 47 pays les plus pauvres

ONU: le COVID-19 aggravera la pauvreté dans 47 pays les plus pauvres

288
0
PARTAGER

(ASPAMNEWS) – La pandémie pourrait pousser jusqu’à 32 millions de personnes dans les pays les moins avancés du monde dans l’extrême pauvreté, selon un nouveau rapport de l’ONU. Sans action internationale, les objectifs de développement mondiaux seront manqués.

Les pays les moins avancés (PMA) du monde connaîtront leurs pires performances économiques en 30 ans en 2020 en raison de la pandémie de coronavirus, a déclaré la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) dans un rapport publié jeudi.

Dans son rapport 2020 sur les pays les moins avancés, l’organisme intergouvernemental, qui cherche à aider les économies en développement à naviguer dans une économie mondialisée, a prédit que la baisse des niveaux de revenu, le chômage généralisé et les déficits budgétaires croissants causés par la pandémie pourraient pousser jusqu’à 32 millions de personnes à l’extrême pauvreté dans les 47 pays désignés comme «les moins avancés».

Alors que l’impact initial du coronavirus sur la santé a été moins grave dans ces pays que beaucoup ne le craignaient, l’impact économique a été dévastateur, selon le rapport. Les prévisions de croissance économique pour ces pays ont été révisées à la baisse de 5% à -0,4% entre octobre 2019 et octobre 2020, ce qui devrait entraîner une baisse globale du revenu par habitant de 2,6% en 2020.

«Les pays les moins avancés connaissent aujourd’hui la pire récession depuis 30 ans», a écrit le Secrétaire général de la CNUCED, Mukhisa Kituyi, dans l’avant-propos du rapport. «Leur niveau de vie, déjà bas, est en baisse. Leurs taux de pauvreté obstinément élevés continuent d’augmenter, annulant la lente amélioration qu’ils avaient obtenue avant la pandémie. Les progrès accomplis dans les domaines de la nutrition, de la santé et de l’éducation sont annulés par les assauts de la crise. “

Les experts estiment que l’expérience antérieure de la gestion des épidémies ainsi que des facteurs démographiques, notamment une densité de population plus faible et une population relativement jeune aidé de nombreux PMA à traverser les premiers mois de l’épidémie de coronavirus. Mais la CNUCED a averti qu’une future poussée de propagation du coronavirus dans les PMA poserait un choc aux systèmes de santé, qui restent sous-développés.

Victimes de l’économie mondiale               

La récession économique mondiale a probablement eu un impact plus important sur les économies des PMA que le ralentissement du marché intérieur. Un effondrement majeur de la demande mondiale de produits sur ces marchés a fait baisser les prix des principales exportations. Les pays dont l’économie dépend fortement de l’exportation de quelques produits, comme les minéraux et métaux ou les vêtements, ont subi des chocs particulièrement violents, les prix et le volume du commerce extérieur ayant subitement chuté.

Une crise économique prolongée pourrait également entraîner des pertes d’emplois permanentes et menacer l’esprit d’entreprise d’une manière qui nuirait gravement au potentiel de production futur de ces pays, selon le rapport.

Les niveaux mondiaux de pauvreté et d’insécurité alimentaire devraient également augmenter, avec des épisodes temporaires de pauvreté se prolongeant. La proportion de personnes vivant dans les PMA vivant sous le seuil de pauvreté de 1,90 dollar (1,57 €) par jour devrait augmenter de 3 points de pourcentage pour atteindre 35,2%, ce qui représente 32 millions de personnes supplémentaires, indique le rapport.

“Les pays les moins avancés ont déployé leurs moyens limités pour contrer la récession, mais ils se retrouvent les plus touchés par une crise dont ils ne sont pas responsables, à l’image de leur situation vis-à-vis du changement climatique”, a déclaré Kituyi. “C’est une injustice qui doit être réparée.”

Objectif de développement mondial menacé

La situation dans les PMA présente un risque particulier pour les objectifs mondiaux en matière de santé, d’éducation et de durabilité, selon le rapport. Les populations peuvent être poussées à adopter des stratégies d’adaptation néfastes, notamment la réduction de la consommation d’aliments sains et le retrait de leurs enfants de l’école.

Le soutien aux PMA sera essentiel pour atteindre les objectifs mondiaux énoncés dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030, qui vise à assurer un avenir durable et plus équitable pour la population humaine mondiale. Les objectifs comprennent l’élimination de la pauvreté.

La reconstruction de ces économies après le COVID sera particulièrement difficile si leurs capacités de production – déjà faibles avant la pandémie – ne sont pas améliorées, selon le rapport. La capacité de production d’un pays est sa capacité à produire des biens et des services et à atteindre la croissance et le développement.

L’amélioration de ce domaine permettra aux PMA de surmonter les obstacles structurels qui sont à l’origine de leur vulnérabilité, a fait valoir la CNUCED dans le rapport. Il s’agit notamment d’une pauvreté généralisée, d’une dépendance excessive vis-à-vis des importations de biens et services essentiels et de marchés d’exportation trop concentrés.

À cette fin, Kituyi a appelé la communauté internationale à soutenir ces économies vulnérables avec un plan d’action visant à y cibler le développement des capacités de production.

“C’est le seul moyen d’assurer un développement durable et de surmonter les défis de développement à long terme des pays les moins avancés”, a-t-il écrit. (DWF/2020)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here