Accueil A la une TOGO : Affaires Adjakly et T-oil, le FCTD s’indigne du mutisme du...

TOGO : Affaires Adjakly et T-oil, le FCTD s’indigne du mutisme du gouvernement

431
0
PARTAGER

(ASPAMNEWS) – Le professeur David Ekoué Dosseh ne comprend pas l’attitude des responsables du pays par rapport au probable détournement de fonds (au moins 500 milliards de francs CFA) dans l’importation du pétrole au Togo, les faits largement relatés par les médias et repris avec insistance par l’opinion publique. Dans un communiqué, le FCTD appelle à la responsabilité du gouvernement afin que toute la lumière soit faite sur ces « crimes » de haute concussion.

Dans le communiqué datant du premier juillet 2020, le professeur a montré sa vive préoccupation face au silence du gouvernement et souligné que de tels scandales ne peuvent être laissés sous silence et qu’il est grand temps que les citoyens togolais soient régulièrement informés de la gestion du patrimoine national.

Selon lui, il est clair que « de tels faits s’apparentent à des crimes économiques qui portent directement atteinte à l’économie nationale. Si par le passé, plusieurs scandales de ce type ont également été révélés (les multiples détournements des fonds destinés à la construction des voies publiques, les malversations des fonds destinés à soutenir l’équipe nationale du Togo lors des compétitions internationales etc.), nombre d’entre eux n’ont fait l’objet d’aucune enquête ou poursuite ».

Par conséquent, « le Front citoyen Togo debout en appelle instamment à la responsabilité du gouvernement afin que toute la lumière soit faite sur ces crimes de haute concussion, y compris des soustractions, des détournements des deniers et des biens publics, ainsi qu’autres infractions assimilées à la corruption », indique le communiqué.

« Toute inaction du gouvernement et de la justice en la matière, ajoutée à l’impunité qui règne au sujet des violations des droits civils et politiques, constituent une très lourde faute morale et un manquement grave à leurs devoirs envers leurs concitoyens. L’Etat doit nécessairement et impérativement veiller à ce que la lumière soit faite sur ces crimes et adopter une politique de transparence », prévient-il.

COMMUNIQUE INTÉGRAL

Le FCTD exprime sa vive préoccupation face au silence du gouvernement au regard des différents scandales financiers en cours dans notre pays et révélés par plusieurs journaux de la place.
Dans ses parutions ns°879 et 885 des 09 et 30 juin 2020, le bihebdomadaire « L’Alternative » a rendu public deux articles intitulés : « Importation du pétrole/les dessous d’un grand scandale », « T-OIL, l’autre grande épicerie de la République ».

Ces articles soulignent et démontrent, au travers d’informations assez troublantes et précises, l’existence de détournements de près de cinq cents milliards (500.000.000.000) de francs CFA. Une information similaire a été relayée par le quotidien « Liberté » dans sa parution n°3167 du 15 juin 2020 sous le titre : « Le Comité de suivi des fluctuations des prix des produits pétroliers (CSFPP) dégage un bénéfice de plus de 3.5 milliards par an ». De son côté, l’hebdomadaire togolais « Le Correcteur », dans sa parution du 16 juin 2020, titre : « Togo, programme Novissi, l’autre scandale de la République : plus de 11 milliards évaporés. 4 larcins appréhendés pour couvrir le crime ».

De tels faits s’apparentent à des crimes économiques qui portent directement atteinte à l’économie nationale. Si par le passé, plusieurs scandales de ce type ont également été révélés (notamment les multiples détournements des fonds destinés à la construction des voies publiques, les malversations des fonds destinés à soutenir l’équipe nationale du Togo lors des compétitions internationales (CAN) etc.), nombre d’entre eux n’ont fait l’objet d’aucune enquête ou poursuite de la part des pouvoirs publics ou des institutions compétentes de la République. De tels scandales ne peuvent être laissés sous silence et il est grand temps que les citoyens togolais soient régulièrement informés de la gestion du patrimoine national.

C’est pourquoi le FCTD en appelle instamment à la responsabilité du gouvernement afin que toute la lumière soit faite sur ces crimes de haute concussion, y compris des soustractions, des détournements des deniers et des biens publics, ainsi qu’autres infractions assimilées à la corruption, entraînant de graves répercussions sur l’économie nationale. Le FCTD en appelle également à la mobilisation de tous et de chacun afin que le patrimoine national soit géré dans l’intérêt de toutes les filles et de tous les fils du Togo et ce, conformément à l’article 38 de notre Constitution selon lequel : « Il est reconnu aux citoyens et aux collectivités territoriales le droit à une redistribution équitable des richesses nationales par l’Etat ».

Pour le FCTD, toute inaction du gouvernement et de la justice en la matière, ajoutée à l’impunité qui règne au sujet des violations des droits civils et politiques, constitue une très lourde faute morale et un manquement grave à leurs devoirs envers leurs concitoyens. L’Etat doit nécessairement et impérativement veiller à ce que la lumière soit faite sur ces crimes et adopter une politique de transparence. Sans transparence il ne peut y avoir de confiance.

Togo debout, luttons sans défaillance !

Fait à Lomé le 1er juillet 2020,

Professeur David Ekoué DOSSEH

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here