Accueil A la une TOGO: Rencontre pouvoir-opposition, le CAR, l’ANC et la C14 claquent la porte

TOGO: Rencontre pouvoir-opposition, le CAR, l’ANC et la C14 claquent la porte

359
0
PARTAGER

(ASPAMNEWS)- L’Alliance nationale pour le changement (ANC), le Comité d’action pour le renouveau (CAR) et la Coalition des 14 partis (C14) ont quitté mardi à Lomé, la table de discussions en dénonçant l’ordre du jour qui selon eux, n’a pas pris en compte les préoccupations des partis de l’opposition pour un processus électoral transparent.

Cette rencontre qui a pour but, selon le ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de Collectivités Locales, de discuter de la présidentielle de 2020, n’a pas été du goût des responsables des trois partis de l’opposition.

Le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales, Payadowa Boukpessi, à en croire les responsables du Comité d’action pour le renouveau (CAR), a fait croire à l’opinion que le régime a accédé aux revendications de l’opposition qui appelle à un dialogue autour des conditions de transparence du processus électoral. Mais il en est rien.

« Le Président national du CAR, intervenant au nom de sa délégation, s’est étonné que dans l’ordre du jour d’une réunion d’un tel niveau de composition, il ne soit inscrit l’examen d’aucune des revendications que les partis d’opposition et les organisations de la société civile ont formulées au sujet des conditions de transparence et d’équité du scrutin en question, notamment à propos de la composition de la CENI et de ses démembrements, de la HAAC et de la Cour constitutionnelle », a indiqué Me Yawovi Agboyibo dans un communiqué que son parti vient de rendre public.

Le CAR, l’ANC et la C14 ont été étonnés de l’ordre du jour de la réunion qui avait commencé autour de 15H30, avec la présence des délégations de la CENI et de la HAAC. Les tentatives de ces partis d’opposition pour ramener le ministre Boukpessi à la raison n’ont pas été concluantes.

Ces partis d’opposition ont tout simplement claqué la porte des discussions, tout en demandant au gouvernement de convoquer une autre réunion au cours de laquelle les conditions de transparence et d’équité de la présidentielle seront discutées. (SPM/2019)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here